| Stratégies patrimoniales

A l’heure où les taux d’intérêts des placements sans risque oscillent entre 0 et 1 %, où l’inflation dépasse les 2 % par an, où les marchés financiers, et particulièrement l’indice des plus grandes valeurs françaises, a du mal à rester positif, il nous a semblé pertinent de faire un point en nous penchant sur les vingt dernières années.

L’idée est de regarder comment « en moyenne » (la difficulté avec la moyenne c’est qu’elle ne reflète que très rarement les cas particuliers que sont les investisseurs…) ont évolué différents placements sur différentes périodes. Dans un deuxième temps, les résultats obtenus sont corrigés des effets de l’inflation.

1) Que sont devenus mes 100 000 francs (15 245 euros) investis en 1995 ?

En supposant que M et Mme Lambda ont investi ce capital sur l’un des supports suivants :

Sur leur livret A ;
– Dans l’acquisition d’un bien immobilier situé à Paris ;
– Dans l’acquisition d’un bien immobilier situé en Province (nous avons utilisé les statistiques de l’Insee qui propose un indice moyen de l’évolution de la valeur des bien dans le pays. Il convient de ne pas sous-estimer ici les écarts significatifs qui peuvent apparaître d’une région à l’autre d’une ville à une autre…) ;
– Dans l’achat de lingots d’or ;
– Dans l’achat d’un titre représentant l’indice CAC 40 de la bourse de Paris ;
– Dans le fonds garanti de leur contrat d’assurance (Fonds en euro),

de quelle somme pourraient-ils disposer 7 ans, 14 ans et 23 ans plus tard ?

Par ailleurs afin d’évaluer si notre investissement a réellement créé une richesse nette il convient d’intégrer les effets de l’inflation qui matérialise « la perte du pouvoir d’achat de la monnaie qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix » selon la définition de l’INSEE.

Or celle-ci a été de 9,11 % entre 1995 et 2002, 12,25 % entre 2002 et 2009 et enfin de 9,20 % ces 9 dernières années. Ainsi 15 250 euros de 1995 représentent :

16 640 euros en 2002, 18 680 euros en 2009 et enfin 20 400 euros en 2018

2) Quelles conclusions tirer, parmi d’autres, de ces chiffres ? :

– Sur les périodes analysées aucun investissement, à l’exception de l’acquéreur d’un lingot d’or en 1995 et qui l’aurait revendu en 2002, n’a connu une perte de pouvoir d’achat.

– Un investisseur ayant acquis un lingot d’or en 1995 pour le revendre au début de cette année aurait réalisé la plus forte plus-value ! MAIS il convient de noter que durant toute cette période le métal n’a généré aucun revenu…Ainsi si nous comparons l’or et l’immobilier parisien, productif de revenus ou d’une économie de loyers pour les propriétaires occupants, la balance penche alors très nettement vers l’immobilier.

– Autre élément intéressant : après une chute très sensible du marché immobilier Parisien au début des années 1990, on constate que l’évolution « moyenne » du secteur de l’immobilier d’habitation a été quasiment comparable entre Paris et la Province jusqu’en 2009 soit pendant près de 20 ans ! Par contre depuis cette date, une dé corrélation très nette est apparue au profit des propriétaires de biens dans la capitale.

– Pour celles et ceux qui ont préféré la bourse, si la première période a été très faste, les crises (bulle internet et subprimes) ont entraîné une dégringolade bien difficile à récupérer. A tel point qu’un investisseur prudent, voire très prudent, qui aurait placé ses économies sur un fonds en euros dans son contrat d’assurance aurait aujourd’hui un capital supérieur…

Enfin et jusqu’en 2018, l’épargnant qui a investi ses économies sur son livret A a toujours réalisé un gain de pouvoir d’achat sur les périodes étudiées. Cette situation pourrait bien évoluer défavorablement et à très court terme, comme pour tous les détenteurs de placement sans risque…

Précisions : nous ne tenons pas compte dans ces calculs des frais liés à une acquisition immobilière par exemple ou de souscription d’un contrat d’assurance. De même nous ignorons l’effet de la fiscalité. Ce sera l’objet de notre prochaine newsletter que de pondérer ces résultats de l’impact de frais éventuels et de la fiscalité…

Sources: indice prix des logements anciens Paris / Province ; INSEE-Notariat base 100 1T2010 – Indice des prix à la consommation ensemble des ménages INSEE – Taux de rendement annuel du fonds euros contrat AFER – Consultation comptoir national de l’or – Indice CAC 40 dividendes réinvestis